Uncategorized

Le microbiote : les prébiotiques, probiotiques et symbiotiques

By février 9, 2019 No Comments

Dans l’article précédent nous avons vu que le microbiote se nourrit de fibres.

 

Certaines de ces fibres sont des sucres non digestibles appelés prébiotiques.

Les probiotiques, eux, sont des micro-organismes vivants. Les prébiotiques vont être utilisés par les probiotiques.

 

Le mélange des prébiotiques et probiotiques forme les symbiotiques.

 

 

Commençons par la racine, qu’est-ce qu’un « biotique » ?

 

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le suffixe biotique signifie ce qui est en rapport avec la vie. Les facteurs biotiques représentent l’ensemble des interactions du vivant.

Parmi les biotiques on trouve les prébiotiques et les probiotiques,  leur synergie formant les symbiotiques.

 

Les prébiotiques

 

D’après l’Association Scientifique International des Pré et Probiotiques (ISSAP), les prébiotiques sont : « des ingrédients alimentaires résistants à la digestion qui induisent des changements spécifiques dans la composition et/ou l’activité du microbiote intestinal produisant ainsi un effet bénéfique sur la santé de l’hôte ».

 

Les prébiotiques sont les fibres qui échappent à la digestion dans l’intestin et qui sont fermentées dans le côlon.

Elles favorisent le bon fonctionnement du microbiote grâce à la croissance des bonnes bactéries et la régulation des bactéries pathogènes en acidifiant le côlon.

Les fibres des fruits, légumes ou oléagineux jouent toutes un rôle de prébiotique.

 

Les sources de prébiotiques sont :

 

  • Inuline : artichaut, chicorée, pissenlit, topinambour, asperge, banane, poireau, oignon, salsifis, froment

 

  • FOS (Fructo-OligoSaccharides) : asperge, chicorée, graines de blé, seigle, orge, oignon, ail, fruits (frais et de saison)

 

  • GOS (Galacto-OligoSaccharides) : lait maternel, lait de vache

 

  • Fructanes : artichaut, asperge, graines de seigle, graines d’orge, oignon, son de seigle, topinambour, poireau, chou, échalote.

 

Tous ces probiotiques influencent positivement la santé intestinale.

 

Pour vérifier si un aliment est riche en fibres, et donc en prébiotiques (barres céréales, gâteaux enrichis au son, céréales complètes), vous pouvez vérifier les ingrédients en recherchant la présence de :

GOS (Galacto-OligoSaccharides), FOS (Fructo-OligoSaccharides ou oligofructose) ou inuline.

Dans les valeurs nutritionnelles vous trouverez également la teneur en fibres de l’aliment sachant que les recommandations de santé sont de 30 g par jour.

Prébiotiques-article

 

 

Les probiotiques 

 

D’après l’Agence National de Sécurité Sanitaire, (ANSES) « Un probiotique désigne un micro-organisme vivant qui lorsqu’il est administré en quantité suffisante, exerce un effet bénéfique pour la santé de l’hôte ».

 

C’est le contraire des anti-biotiques, certes très efficaces contre les mauvaises bactéries mais qui provoquent parfois quelques désordres intestinaux. Ils ont tendance à déséquilibrer le microbiote, en limitant sa diversification et supprimant les bactéries du microbiote sans distinction, bonnes ou mauvaises !

Les probiotiques compensent leurs effets délétères sur le microbiote et renforcent le système immunitaire, produisent de bons acides gras, limitent les infections.

Ces bactéries vivantes, vous les consommez quotidiennement, elles se trouvent dans votre réfrigérateur, plus précisément dans vos yaourts.

Tout commence dans le lait, qui contient naturellement des bactéries lactiques.  Il est alors fermenté grâce à ses bactéries lactiques, ce processus apportant de nouvelles propriétés au lait (yaourt, lait fermenté, fromage…).

Les bactéries peuvent aussi être apportées par des levains.

Sachez que les bactéries lactiques sont les seuls probiotiques connus à ce jour.

 

microbiote-probiotique-NTC

 

On retrouve ces bactéries dans : 

  • Les aliments fermentés : produits laitiers (kéfir, lait caillé, yaourt, fromage croûte moisie) choucroute, pickles (cornichons), miso, levain

 

  • Levure de bière

 

Les symbiotiques

 

L’association des prés et des probiotiques donne les symbiotiques.

Pour certaines personnes les symbiotiques auraient un intérêt car les probiotiques ne survivent pas toujours jusqu’au côlon alors que les symbiotiques oui ! Ils permettraient donc de repeupler le microbiote en bonnes bactéries.

 

 

Conclusion 

Les perturbations du microbiote sont nombreuses : allergie, maladie, stress, prise de médicaments (antibio), l’alcool, l’âge…

A terme, votre microbiote est moins diversifié, il contient aussi moins de bonnes bactéries. C’est pourquoi la prise de prébiotiques et/ou probiotiques permet de restaurer un équilibre et de renforcer le système immunitaire.

Une alimentation équilibrée et variée est la clé pour conserver un microbiote en bonne santé !

 

 

'

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Permet l'analyse et le comportement des utilisateurs.

  • _ga
  • _gid

Refuser tous les services
Accepter tous les services